La magie d'Avalon 4. Arthur par Sg HORIZONS

La magie d'Avalon 4. Arthur par Sg HORIZONS

Titre de livre: La magie d'Avalon 4. Arthur

Auteur: Sg HORIZONS

Broché: 355 pages

Date de sortie: June 16, 2016

Sg HORIZONS avec La magie d'Avalon 4. Arthur

La magie d'Avalon 4. Arthur par Sg HORIZONS a été vendu pour EUR 3,99 chaque copie. Il contient 355 le nombre de pages. Inscrivez-vous maintenant pour accéder à des milliers de livres disponibles en téléchargement gratuit. L’inscription était gratuite.

Une épopée extraordinaire en 5 tomes de la destinée incroyable d’une femme qui se révélera dotée de pouvoirs incommensurables au cœur de cette période historique communément appelée les Âges sombres.


Destiné aux lecteurs âgés de 16 ans et plus.


Un nouveau bond dans le temps entraîne Shannon, mais également Léodagan Pendragon, une cinquantaine d’années dans le passé. Nous ne sommes plus au VIe mais au Ve siècle. L’Empire romain n’a pas encore disparu. C’est le temps du puissant mage Myrddin, le père de Shannon. C’est également l’époque d’Arthur avant qu’il ne devienne celui de la légende, ce guerrier qui s’oppose aux envahisseurs saxons pour la préservation de son peuple breton. Pour le moment, il faut le sauver des francs dont l'attaque est imminente. Et quand sera-t-il de la relation entre Shannon et Léodagan ? Ce rapprochement entre eux sera-t-il éphémère ou le début d'une grande histoire d'amour ? Et survivront-ils à cette aventure qui bien qu'extraordinaire demeure terriblement dangereuse ?
EXTRAIT :
S’éleva la voix profonde de Myrddin. Il entonna un chant qu’il répéta à plusieurs reprises tout en tendant les mains devant lui, vers la rivière. C’est alors que celle-ci se mit à geler. Une couche de glace se propagea de l’endroit où se tenait mon père jusqu’au côté opposé du cours d’eau.
« Ben mon vieux ! C’est pas banal, ça ! »
Il venait de créer le moyen de nous faire traverser, juste comme ça, en usant de son pouvoir. Pour le coup, il m’impressionna. Pourtant, après tout ce qu’il avait fait dernièrement, j’avais de quoi être habituée, mais non. Il est vrai que, dans le feu de l’action, je n’avais pas eu le temps de penser à ses prouesses magiques. Sans hésitation, il posa un pied sur la couche de glace qui recouvrait la surface de l’eau, puis se dirigea de l’autre côté du rivage, immédiatement suivi par Arthur. Sans la moindre hésitation, ce qui prouvait la confiance qu’il avait dans les pouvoirs du mage. Pour ma part, j’étais beaucoup plus craintive quant au fait que la glace risquait de céder sous le poids du groupe. D’autres les suivirent, y compris celui qui m’avait portée. Je posai un premier pied sur la glace. Celle-ci ne semblait vraiment pas épaisse, et je pouvais voir l’eau continuer sa course vers la gauche. Je m’avançai, ne voulant pas rester en arrière avec ceux qui fermaient la marche. Comme les autres, je craignais que l’on soit rattrapés par les Goths.
« Enfin, moi oui ! »
Après ce à quoi nous venions de survivre, il aurait été stupide de leur donner une occasion de nous rattraper pour nous achever. Nous n’étions pas assez loin du campement pour ne pas entendre les cris d’agonie de milliers de gens se faisant massacrer par une armée bien plus nombreuse. C’était une véritable torture que d’être témoins de ce massacre, d’autant plus que nous aurions pu l’éviter.
« Arrête de penser à ça, Shannon. Faut que je pense à autre chose. »
Les yeux baissés, je me focalisai sur les craquements que produisait la glace sous mes pas. C’était angoissant, mais cela m’offrit l’occasion de me concentrer sur une unique chose : avancer, en tentant d’oublier tout le reste. Je ne devais pas être la seule à ressentir cette culpabilité d’avoir fui au lieu de rester me battre avec les autres, même si je savais pertinemment que je n’aurais pas fait une grande différence dans l’issue de ce combat. Nous pouvions en entendre les échos alors qu’il faisait rage à quelques lieues de là. C’est une autre clameur qui me fit lever la tête à l’instant où des hommes déboulèrent du rivage vers lequel nous nous dirigions. Le danger nous avait rattrapés et une autre bataille allait visiblement se jouer sur cette rivière gelée sur laquelle nos ennemis s’avancèrent, les armes levées et menaçantes.Je pus le voir, cet Arthur qu’on admirerait à travers les âges. Ce fut lui qui s’élança le premier vers l’avant, vers le danger.